En Avent la musique !

Cette année, nous vous proposons un chant de l’Avent par semaine, que vous pourrez retrouver sur cette page.

1re semaine de l’Avent :

« Dejlig er jorden » interprété par l’Église évangélique-luthérienne du Danemark

2e semaine de l’Avent :

« Ave Maria » de Schubert interprété par l’Église (luthérienne) de Suède
fleur narcisse

Message du dimanche de Pâques 2022

Quelques mots d’introduction

Quelques jours avant Pâques, Jésus savait « que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père », il avait « aimé les siens qui étaient dans le monde, et les aima jusqu’au bout » (Jean 13,1). Nous sommes appelés comme ses disciples à servir au quotidien avec humilité et amour.

Le dimanche de Pâques, nous parlons du Christ, de la foi qui prend la place du Jésus terrestre : « A toi la gloire, O Ressuscité ! A toi la victoire, pour l’éternité ! ». La mort est vaincue alors même qu’elle est une condition humaine partagée et que la plupart des personnes la craignent justement pour son caractère irréversible quand elle nous sépare de nos êtres chers et qu’elle pose une limite à nos vies. Mais ce matin de Pâques, la foi chrétienne nous promet qu’il y a plus à dire. L’homme ne peut pas le dire, mais Dieu le fait. La vie se relève des ténèbres de la mort dans l’aurore pascale. La couleur liturgique de Pâques est le blanc, couleur du Christ ressuscité, la couleur de la joie et de la fête !

Un cantique

Suggestion de cantique pour le dimanche de Pâques :

Christ est ressuscité – Alléluia 34-07

Christ est ressuscité,
De la mort a triomphé.
Réjouissons-nous, en ce jour,
Christ vivant l’est pour toujours.
Alléluia
Informations supplémentaires sur le cantique

Texte : d’après l’allemand, Bavière-Autriche 12e, 15e siècle.
Mélodie : Wittenberg 1535 Christ ist erstanden

Une illustration

Le Christ ressuscité entre chez les disciples par la porte fermée, Duccio di Buoninsegna, 1308-1311, Musée dell’Opera del Duomo, Sienne, Italie

Message du Vendredi saint 2022

Cette sombre journée de la mort de Jésus est imprégnée d’une ambiance funèbre et de deuil. Le Vendredi saint était traditionnellement un jour de jeûne. En Scandinavie, jusqu’à il y a 50 ans, il était impensable de célébrer une fête publique ce jour-là, les salles des fêtes et les stades sportifs étaient fermés, ainsi que les théâtres, les cinémas et les boutiques. La coutume, ce jour-là, est de lire la Passion selon Saint-Jean racontant comment Jésus est crucifié et comment il meurt sur la croix dans l’après-midi. Selon le même récit, le lendemain, veille de la fête juive du Sabbat, on le pose dans un tombeau qui appartient à Joseph d’Arimathée. Les amis et proches de Jésus ont l’intention de l’enterrer le lendemain du Sabbat.

Un cantique

Suggestion de cantique pour le Vendredi saint :

O Jésus-Christ, ta croix domine – Alléluia 24-04

O Jésus, ta croix domine
Les temps, les peuples, les lieux ;
Et toute grandeur s’incline
Sur la terre et dans les cieux.

Une illustration

La descente de la Croix – Pietro Lorenzetti

Message du Jeudi saint 2022

Quelques mots d’introduction

Le Jeudi saint nous célébrons le repas institué par Jésus de Nazareth. Ce jour occupe une place particulière dans la semaine sainte, car il ouvre le grand passage vers Pâques. Les trois premiers évangiles évoquent le repas traditionnel juif que Jésus a partagé avec ses disciples avant son arrestation, alors que, selon le récit que donne l’évangile de Jean de ce repas, Jésus a lavé les pieds des disciples (Jean 13, 1-15). Ce lavement des pieds est ensuite interprété comme un symbole de purification en même temps qu’il montre Jésus dans un rôle de serviteur, signe de son humilité et de son dévouement devant ses disciples et l’humanité entière. L’institution de la Sainte Cène devient l’expression d’un « lavement » des péchés de l’homme dans le sang de Jésus. 

Le silence des cloches, à partir du Jeudi saint, signifie le respect des derniers moments de la vie de Jésus, puis leur tintement joyeux au dimanche de Pâques accentue la joie des chrétiens devant la Résurrection. 

Un cantique

Suggestion de cantique pour le Jeudi saint :

O Jésus-Christ, tu nous appelles – Alléluia 24-04

O Jésus-Christ, tu nous appelles
A ce repas offert à tous.
Dans ton amour, tu te révèles
En t’approchant ainsi de nous,
Avec les signes de ta paix
Et du pardon que tu promets.

Quelques illustrations

tableau cène
La Cène de Léonard de Vinci en l’église de Santa Maria delle Grazie, Milan, Italie
Radegonde lave les pieds des pauvres, détail d’une enluminure issue du manuscrit de « La Vie de Sainte Radegonde », réalisé au XIe siècle

Dimanche des rameaux, frappez dans vos mains !

La semaine de Pâques commence le dimanche des Rameaux avec l’entrée de Jésus à Jérusalem (Marc 11 et parallèles). Ceux qui suivent Jésus lui rendent hommage comme à un futur roi. Ils pensent assister au cortège triomphal de leur Messie tant attendu. Les cris de joie sont incessants. Et les foules qui marchent devant lui, et celles qui suivent, crient « Hosanna pour le Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna dans les lieux très hauts ! »  (Mt 21,9).
Pourtant, la déception se répand parmi eux quand ils découvrent qu’il ne veut pas être honoré comme un roi terrestre parce que son royaume n’est pas de ce monde.

Dans l’Église ancienne, les premiers chrétiens ont adopté la coutume de porter ce jour-là des branches de palmier du mont des Oliviers à Jérusalem. On gardait ces branches pour les brûler l’année suivante et le mercredi des Cendres, on recevait à l’église une marque de cendres sur le front. Lors de la célébration dominicale des Rameaux, on lisait la Passion selon Matthieu qui donne le récit le plus connu de l’entrée de Jésus à Jérusalem. 

Pour chanter notre joie et célébrer l’entrée dans la semaine de Pâques, vous pouvez (par exemple !) reprendre dans le recueil Alléluia, le Psaume 47A :

« Frappez dans vos mains
Vous, tous les humains
A cris redoublés,
Peuples assemblés,
Exultez de joie
Car voici le roi.
Redoutable et doux,
Dieu veille sur vous ;
Son bras souverain,
Sa puissante main,
Étend à jamais
Son règne de paix. »

Prédication du 2ème dimanche de Carême par l’évêque luthérien Munib Younan

Nous nous sommes réjouis d’accueillir Munib Younan, venu prêcher à Saint-Jean le 13 mars lors du deuxième dimanche de Carême. Ancien président de la Fédération Luthérienne Mondiale, l’évêque émérite de Jérusalem de l’Église évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte se rendait à Paris pour assister au colloque de l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (ISEO) sur le thème Paix des Églises, paix du monde ?

Munib Younan célébrait ce culte accompagné d’Emmanuelle Seyboldt, présidente de l’EPUdF, Laza Nomenjanahary, inspecteur ecclésiastique de Paris et Anne-Laure Danet, responsable du Service des relations avec les Églises chrétiennes de la FPF. Étaient également présents la pasteure Maria Olofsdotter Bråkenhielm et son mari, le diacre Joakim Bråkenhielm, de l’Église Suédoise de Paris.

La prédication de Munib Younan, sur le récit de la Transfiguration dans l’Évangile selon S. Luc (chap. 9 v. 28-36), nous a marqué par son esprit d’ouverture. Enfin, touche finale : la bénédiction en langue arabe qui concluait ce culte des familles très stimulant.

Transfiguration
Transfiguration du Christ sur le Mont Tabor / Cène. De la Bible de Floreffe (1165).

Le texte de la prédication est disponible en téléchargement ici :  Télécharger

Guerre en Ukraine, le protestantisme se mobilise et appelle à la solidarité

Cet article reprend tel quel le communiqué de la Fédération Protestante de France

Face au drame qui se déroule en Ukraine, le protestantisme français souhaite affirmer sa ferme condamnation des terribles menaces que le président russe fait peser sur l’Europe et le monde, engendrant cette guerre qui nous concerne et nous atteint tous.

Il demande aux chrétiens, y compris aux chrétiens de Russie, de prier et d’œuvrer pour que cesse cette guerre, et de manifester leur solidarité aux victimes, si nombreuses, qu’elle entraîne sur les routes de l’exil.

Les protestants français se sont toujours mobilisés au nom de leur foi et de leur histoire, pour offrir l’hospitalité aux réfugiés et déployer l’aide indispensable aux victimes des conflits et des violences des états.

Ainsi, dès les premiers moments de l’attaque russe contre l’Ukraine, les membres de la Fédération protestante de France (FPF), Unions d’Églises, associations, œuvres, communautés et mouvements, se sont mobilisés, chacun à son échelle et dans son domaine d’action, pour venir en aide mais aussi alerter et analyser la situation pour une juste appropriation, adaptation et concertation des actions de solidarité du protestantisme français.

Dans le même temps, il s’est mobilisé en lançant un appel à la générosité par le biais du dispositif Solidarité Protestante sous l’égide de la Fondation du protestantisme pour recueillir les dons nécessaires à cette mobilisation. Les dons collectés permettront notamment :

  • D’accueillir et d’accompagner dignement les réfugiés en France et notamment par l’action de la Fédération de l’Entraide protestante (FEP) qui coordonne ces actions.
  • De soutenir l’action solidaire de terrain auprès des populations de nos ONGs et réseaux d’Églises sœurs en Ukraine et en Pologne déjà sur place.

Nous savons aujourd’hui que l’accueil des ukrainiens en France sera un accueil de « passage » d’un pays à l’autre, qu’il nous faut créer des accueils adaptés à ces moments de transit sur notre territoire et être attentifs aux autres réfugiés dont nous avons toujours la responsabilité d’un accueil digne qui doit se poursuivre et perdurer.

Nous savons également que des inégalités de traitement de ces réfugiés aux frontières sont déjà constatées et nous nous inquiétons, en lien avec La Cimade, du sort de ces personnes en situation de danger bloquées aux frontières de l’Ukraine.

C’est dans cet esprit que nous serons solidaires et mobilisés face à cette guerre.

C’est la raison pour laquelle, en lien avec l’appel à la prière du Conseil d’Églises chrétiennes en France (CÉCEF) du 24 février 2022, la Fédération protestante de France vous demande de demeurer fidèle, solidaire et persévérant dans cet engagement, et vous invite à donner à Solidarité Protestante. Vos dons seront une partie de la réponse à ce drame et le signe que la foi chrétienne s’enracine dans le temps présent si cruel, dans l’espérance en Christ, imprenable.

« Efforcez-vous de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix » (Ephésiens 4,3)

Retrouvez ici le communiqué complet de la Fédération Protestante de France

Comment faire un don pour soutenir l’accueil des réfugiés ukrainiens et l’actions des ONG sur place ?

En cliquant sur le lien ci-dessus, vous trouverez toutes les informations nécessaires sur la deuxième page.

Saint-Augustin, un théologien contemporain

Revoyez la dernière conférence 3T du 26 novembre, avec Jean-Paul Lesimple.

Ciel Mon Temple ! La spécificité Luthérienne

Ce mois-ci, Christina Michelsen était l’invitée de Ciel Mon Temple, sur Fréquence Protestante.

Elle y évoque les spécificités luthérienne au sein du protestantisme, comme la place donnée à la liturgie et à la musique, son rôle de pasteur et la joie qui l’anime à faire vivre et transmettre cette expression de la Foi.

Cliquez ici pour retrouver cette interview sur Fréquence Protestante :
https://frequenceprotestante.com/diffusion/ciel-mon-temple-du-12-11-2021/

Mon arrivée à Saint-Jean

C’est le début de l’été et je pense déjà à la rentrée, pour vous rencontrer d’abord – la communauté de cette église luthérienne avec son profil singulier au sein de l’EPUdF – et pour reprendre les activités de la paroisse ensemble.

Je remercie le conseil presbytéral pour l’accueil dans les lieux et tous ceux qui sur place sont déjà venus à ma rencontre en exprimant des attentes.

Ces jours-ci devant l’église Saint-Jean des groupes admirent et photographient le bâtiment, ils visitent le jardin Denys Bühler. Ce matin leur guide n’avait visiblement pas réponses à toutes leurs questions. Au passage une personne me pose la question classique : si c’est protestant pourquoi dites-vous « église » ?
C’est une invitation à parler de l’histoire du protestantisme français, qui dans un contexte majoritairement catholique a éprouvé le besoin d’un vocabulaire à part. En Allemagne et en Scandinavie par exemple, il n’y a pas deux mots pour distinguer le lieu de culte catholique du protestant. En allemand on va simplement dire katolische ou evangelische Kirche, et en danois nous avons le mot kirke pour les deux confessions.
Ce petit échange conduit parfois la personne à parler de lui, d’où il vient, et parfois comment il pratique sa foi aujourd’hui. Sur vos lieux de vacances une telle rencontre peut surgir et devenir l’occasion de relier les étapes d’un engagement autour de l’évangile. La lettre de Paul aux Éphésiens l’exprime ainsi:
« Vous avez été construits sur les fondations constituées par les apôtres et prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre de l’angle. » (Ephésiens 2, 20)
L’église Saint-Jean est avant tout un édifice de pierres vivantes.

Bel été à vous !

Pasteur Christina Michelsen